Switch to mobile view

Samedi dernier le Palais des Arts de Budapest (Művészetek Palotája) proposait un concert du Budapest Festival Orchestra au programme plutôt léger : deux pièces du compositeur Ernő Dohnányi et la 8e symphonie d'Antonin Dvorak, sous la direction d'Iván Fischer. Après une première salve d'applaudissements mérités, le chef d'orchestre a pris une initiative surprenante qui s'est avérée être le grand moment de la soirée.

“Les seconds violons sont souvent désavantagés car la mélodie principale est toujours jouée par les premiers. Ainsi, ai-je décidé de faire jouer le bis de la pièce de Rachmaninov – “Vocalise” – par les seconds violons”, a annoncé le chef d’orchestre Iván Fischer. Les virtuoses du second violon se sont alors levés et ont magnifiquement interprété ce morceau du grand compositeur russe. On avait rarement vu des musiciens aussi radieux que ce soir-là. Pour une fois, les “travailleurs” de l’orchestre ont eu l’occasion de montrer leur talent au public heureux et reconnaissant. Que dire également du geste du chef d’orchestre à l’attention de ses collaborateurs habituellement moins en vue ? Il explique en partie le succès mondial d’un orchestre hongrois souvent confronté aux difficultés financières. Car le professionnalisme, le travail, mais aussi la solidarité, l’empathie et la motivation, sont des ressources qui ne s’achètent pas.

Mihály Rózsa